Récupérateur d'eau de pluie : un équipement économique

Eco-construction - Publié le 28/11/2018

La récupération des eaux pluviales s’inscrit une démarche « éco-citoyenne » et permet de faire des économies financières significatives. Quels sont les avantages à récupérer l’eau de pluie pour un usage extérieur, et à quel cadre réglementaire répond cette initiative ?

 

 

 

Pourquoi récupérer l'eau de pluie ? 

  • Pour faire un geste citoyen qui accompagne une action écologique visant à la protection des ressources naturelles, car l’eau se fait de plus en plus rare
  • Pour diminuer, voire éviter le ruissellement et les inondations dans votre propriété
  • Et aussi, pour réaliser de véritables économies, notamment grâce au crédit d’impôt !

 

 

La loi et l'eau de pluie

Selon la réglementation en vigueur, l’article 641 du code civil stipule que : « Tout propriétaire a le droit d’user et de disposer des eaux pluviales qui tombent sur son fond ». Ce droit est toutefois assorti de réserves :

  • d’une part, ne pas causer préjudice à autrui
  • et d’autre part, respecter les exigences relatives à chacun des usages.

Pour vulgariser, on dira qu’il est autorisé de laisser l’eau de pluie s’écouler chez le voisin, mais aussi et surtout de récupérer l’eau provenant des toitures, de la stocker puis de l’utiliser pour arroser le jardin, laver les sols, les vélos ou la voiture…



COMMENT CA MARCHE ?

Un large choix d’équipements sur le marché des récupérateurs d’eau :

Il existe dans le commerce toute une gamme de récupérateurs d’eau de pluie, de la cuve en plastique à raccorder à la gouttière, aux kits de stockage à enterrer tout équipés (filtres, pompes, trop-pleins). Différents produits sont proposés à la vente : on peut trouver des  modèles en béton, en polyéthylène, en fibre de verre. 

En termes de capacité, on trouve également une grande palette de choix : 200 litres, 500 litres, 9 000 litres… Les modèles de 9 000 litres permettent d’arroser le jardin, mais aussi d’alimenter les toilettes et la machine à laver le linge.

A titre indicatif, le prix d’achat varie en moyenne de 700 € à 6 000 €, prenant en compte la capacité de la cuve, le matériau utilisé et l’installation du récupérateur.

Le choix du modèle de récupération d’eau de pluie se fait avant tout en fonction des besoins de chacun. Il dépend de la surface du toit et du niveau de pluviométrie de la région dans laquelle l’habitation est située.

Les experts estiment qu’une maison d’une superficie de 100 m2 au sol permet de récupérer entre 50 et 70 m3 d’eau par an selon les régions, ce qui représente une économie non négligeable.

 

 

Principal usage : arroser son jardin

Pour arroser son jardin et laver sa voiture, il faut compter entre 1 500 et 3 000 litres d’eau par an. Récupérer les eaux pluviales est une solution à la fois écologique, car elle préserve les nappes phréatiques, mais aussi économique car elle est gratuite !

De plus, l’eau de pluie est douce, peu calcaire et à température ambiante : elle est donc plus adaptée pour l’arrosage des plantes que l’eau du robinet. Le système le plus simple pour arroser le jardin est de placer le récupérateur sous la gouttière, et de récupérer l’eau provenant du toit de la maison. On peut tout simplement opter pour un tonneau, ou s’équiper avec du matériel en vente dans les magasins spécialisés.

L’arrosage d’un potager de moins de 50 m2 consomme un volume d’eau variant de 150 à 500 litres par an. En France, et selon la pluviométrie de la région concernée, on estime en moyenne la consommation d’eau à 6 litres par m2 de potager.

Un exemple concret : de combien d’eau avez-vous besoin pour arroser votre jardin dans sa totalité ?

Si  vous possédez un jardin de 200 m², réparti comme suit : 50 m² de potager, 60 m² de gazon, et 90 m2 pour le reste du jardin ; il est nécessaire de récupérer 1 140 litres d’eau.

Explication du calcul à effectuer :
50 m² de potager x 6 litres d’eau + 60 m² de gazon x 8 litres d’eau + 90 m² de jardin x 4 litres d’eau = 1 140 litres d'eau à récupérer!

 

L’usage domestique

Si l’on souhaite alimenter les toilettes et le lave-linge, laver le sol, il faudra prévoir un stockage de 6 000 à 9 000 litres par an. Pour ce faire, il convient de relier le récupérateur d’eau de pluie aux canalisations de la maison, et donc de choisir un modèle enterré, qui présente l’avantage de pouvoir stocker une grande quantité.

Nota : a priori, l’eau de pluie n’est pas à utiliser pour une consommation humaine.

 

 

Anne, www.e-redacteur.com