Le guide pratique du viager

Votre projet immobilier - Publié le 01/12/2016

Pour améliorer ses revenus au moment de la retraite, il est possible de vendre son bien contre une rente à vie par l’acheteur. La vente en viager constitue encore un marché de niche, très peu connu et répandu. Il répond aux besoins de financement des seniors. La vente en viager se rapproche d’une vente immobilière classique mais ce sont les modalités de paiement qui différent. Quelles sont les principes du viager ?

La vente en viager : les caractéristiques

La vente en viager consiste à transférer la propriété de son bien (appartement, maison ou autre) à un tiers qui devra en retour verser une rente au vendeur jusqu’à son décès. Dans la majorité des cas, le vendeur reçoit un capital initial (appelé aussi le bouquet) et une rente à versée à vie par l’acheteur. Il existe deux types de viager, le plus fréquent est le viager occupé, c’est un bien immobilier en viager dans lequel le vendeur continue de vivre. À l’opposé du viager libre, le bien immobilier est inoccupé et l’acheteur a donc la possibilité d’y vivre.

Les modalités de paiement la vente en viager

Le prix d’un bien viager dépend du bien à vendre mais aussi de l’âge du crédirentier (le vendeur) et des modalités de la vente. Notez que les droits du vendeur restent important moins le prix est élevé. Par la suite, la rente est révisée chaque année en fonction de la variation du coût de la construction le plus fréquemment.

La rente pour le vendeur est versée jusqu’à son décès. On ne peut donc pas savoir combien de rentes seront versées en avance. Selon le contrat, une clause résolutoire peut être ajoutée en cas de non-paiement par le débirentier pouvant amener à l’annulation de la vente.  

La vente en viager a des avantages pour les deux parties, une vraie alternative pour devenir propriétaire de son bien.